Le vaillant ver de terre

Charles Darwin s'était déjà exprimé sur ce "mineur de fond": "Il est permis de douter qu'il  ait beaucoup d'autres animaux qui aient joué dans l'histoire de la création un rôle aussi important que le ver de terre." Au Moyen Age, il était élevé et reproduit dans les monastères. En remontant encore plus loin dans l'Histoire, nous apprenons que Cléopâtre avait érigé le ver de terre en animal sacré et qu'il était interdit de le "déranger".

ver de terre


Conseil d'automne: ne labourez pas vos champs et jardins.

Les vers de terre le feront à votre place.


Le ver de terre est en effet très sensible aux vibrations et disparaît rapidement dans des galeries plus profondes lorsqu'il sent approcher la charrue ou la bêche. il forme une communauté harmonieuse avec un grand nombre d'autres petits êtres vivants et préfère les restes végétaux biologiques à ceux issus de traitements chimiques. La richesse en vers de terre permet d'augurer de la fertilité future d'une terre.

 

Cette créature qui mange sans relâche est incapable de mordre et ne peut qu'avaler. Elle broie des morceaux de plantes en décomposition, des champignons, des algues, des microorganismes et des minéraux argileux. Le ver de terre creuse, fouille, malaxe et produit par an et par mètre carré 20 kg d'un merveilleux engrais des plus fertiles. Ses sécrétions sont l'une des meilleures formes d'humus qui soient. L'humus, plutôt acide en soi, s'acheminera ainsi de façon naturelle vers un pH plus neutre. Il en résulte un sol très riche, qui contiendra plus de nutriments à la disposition des plantes qu'il n'y en avait avant.

Les vers de terre sécrètent une viscosité qui tapisse les galeries et renforce la structure du sol. Ces galeries servent au drainage et permettent au surplus d'eau de s'infiltrer facilement. Les vers de terre utilisent les racines de plantes comme "voies rapides" pour éviter la zone de décomposition cellulaire et atteindre le plus rapidement possible la zone de décomposition macromoléculaire, plus profondes et plus hospitalière.

Chapeau bas devant de telles performances

Un ver de terre a besoin d'assimiler en 24 heures l'équivalant de son poids en nourriture. C'est un haltérophile qui traîne sur son parcours 50 à 60 fois son poids. En l'espace de 10 ans ils auront digéré l'ensemble de la couche d'humus (sur une épaisseur de 15 cm). Lorsqu'ils meurent, ils libèrent une grande quantité de combinaisons azotées (de 90 à 100 kg par an et par hectare). Dans une terre vivante, on trouvera au moins 150 grammes de vers de terre sur une épaisseur de 20 cm et quelques 600 galeries par mètre carré.


Les cavités souterraines des vers de terre sont sacrées et doivent être respectées.

Un sol sur lequel on vient de déverser du purin ou du fumier entraine la fuite précipitée des vers de terre. Exposés à la lumière du jour, ils sont en général condamnés à dépérir. Les pesticides et les engrais azotés les déciment en très peu de temps. Les substances de ballast des engrais chimiques, tels que l'acide sulfurique et le chlore, saturent le sol qui devient dur comme du béton et ne laisse plus passer l'air. Il existe maintenant des champs où le ver de terre a entièrement disparu.


Les déjections de vers de terre contiennent, outre un grand nombre de substances minérales, 7 fois plus d'azote, 3 fois plus de potassium, 6 fois plus de magnésium et 2 fois plus de calcium qu'une terre ordinaire.

Source Gruno, 2009

 

Dans un gramme de terre vivent 11 millions de bactéries. Il y en a 52 milions dans un gramme de déjections de vers de terre.

Source Gruno, 2009


Le ver de terre nous épargne des dépenses d'énergie et des techniques coûteuses.

Une terre dans laquelle les vers de terre auront fait leur travail de drainage et d'aération n'aura plus besoin d'être ameublie avec de gros engins, car elle aura déjà atteint une structure idéale.

Le compostage de surface apporte de riches nutriments que le ver de terre entraîne sous terre durant la nuit. Les poudres de roche l'aident à broyer cette nourriture. Il déteste les sels des engrais dissous dans l'eau et les produits de décomposition comme on en trouve dans les fumiers et les purins conventionnels.

Ce petit ver de terre invisible, qui travaille sous la surface fait tout bien considéré à la fois le travail d'un tracteur, d'une, d'une usine d'engrais et d'un ingénieur de barrage hydraulique.

Source Shiva, 2004

 

Prendre soin des vers de terre implique de respecter leur rythme de vie: le matin, ils viennent déposer leur turricule terreux à l'extérieur. A ce moment-là, ils se trouvent très près de la surface du sol. Vers le soir, ils se retirent dans les profondeurs. C'est à partir de la fin de l'après-midi que vous les dérangerez le moins si vous voulez travailler superficiellement la terre ou faire des plantations.


Trouvez des infos utiles et complémentaires sur les sites suivants:



Écrire commentaire

Commentaires : 0